Article

Festival VILLES DES MUSIQUES DU MONDE

 » NOS AMERIQUES » thème du 22 ème Festival VILLES DES MUSIQUES DU MONDE jusqu’au 10 novembre !! Seine-St-Denis – Paris – Grand Paris !! Découvrez les artistes d’une autre Amérique !! Plateaux l’Amérique indienne – Hip hop east, west & south, Soul train Party – Les rythmes de la cumbia – çà va groover – Jeune public …Une programmation exceptionnelle avec des centaines d’artistes !!
 
Festival
Villes des Musiques du Monde #22
 
Seine-Saint-Denis – Paris – Grand Paris
Jusqu’ au 10 novembre 2019
 
NOS AMERIQUES
 
Contacts public 01 48 36 34 02 – www.villesdesmusiquesdumonde.com
MERCI de votre SOUTIEN, On compte sur VOUS !
 
Ici, pas de frontière !
Jusqu’ au 10 novembre 2019, la 22 ème édition du festival Villes des Musiques du Monde fera résonner « ses » Amériques en Ile-de-France – Paris, Seine-St-Denis, Grand Paris – et déploiera son imaginaire pendant 5 semaines pour faire entendre la diversité culturelle de ce continent: des artistes engagés et passionnés, des figures emblématiques de leurs pays mais également des découvertes réjouissantes, de belles rencontres artistiques et humaines …
Au programme: concerts, sorties d’album en exclusivité, musiques hip hop, cumbia, jazz, soul, funk, disco, RnB, électro …, débats, cinéma, ateliers musique et cuisine, programmation Jeune Public, la 3 ème édition duPrix des Musiques d’ICI … le tout à prix doux …
 
Nos Amériques, un héritage qui nous lie. Les générations qui nous ont précédé les ont durablement attachées aux continents européen et africain.
Nos Amériques, nous les admirons, à demi hypnotisés par ce miroir qui brille de l’autre côté de l’Atlantique,
Nos Amériques, nous les interrogeons aussi, étonnés des contradictions de pays capables du meilleur comme du pire.
Loin de la consommation érigée en unique philosophie, du racisme et de l’homophobie, du fusil et de ce qui fait craindre le pire …
Nos Amériques, celles que nous aimons sont celles des métissages, des doux rêveurs, des inventeurs de mélodie, des forgeurs de rythmes ;
celles des Amérindiens, personnages de second plan des grands récits de conquêtes, que certains croient disparus mais qui en réalité résistent, ardents défenseurs de l’environnement, bien plus nombreux qu’on ne pourrait l’imaginer et conscients du bien commun ancestral à préserver.
celles du hip hop créatif et conscient, des multiples incarnations de la cumbia et des musiques populaires qui essaiment bien au-delà de leurs terres ;
celles du si fertile héritage africain, réprimé, effacé, mais qui refleurit sans cesse, des squares de La Nouvelle-Orléans, aux faubourgs de São Paulo en passant par les solares de la Havane..
Et face à l’hégémonie et la propagande mondiale grandissante d’une Amérique au singulier, Villes des Musiques du Monde soutient une Amérique plurielle, des artistes qui ouvrent d’autres voies, ceux et celles qui résistent pour exister autrement.
Au total, des centaines d’artistes serviront de guides pour explorer un peu plus la réalité complexe et sensible d’un continent à re-découvrir, une culture nourrie d’histoire ancestrale et de courants musicaux contemporains, une culture qui ne cesse de se renouveler, de nous séduire et de nous étonner !
 
Quelques temps forts à ne pas manquer !
 
Voilà de quoi enflammer le Fort ! Le festival démarre avec une Grande Parade en fanfare, dans une tempête de cuivres, de percussions avec plus de 200 danseurs aux costumes exubérants. Leurs déplacements font écho aux coups de mailloches de la batucada Timbao, retentissant ensemble de percussions afro-brésiliennes. Devant, derrière, sur les côtés, s’élèvent les notes de fanfares telles que Stepping Out et les Fabriques Orchestrales Junior, ces émouvants rassemblements de jeunes fous du funk de la Nouvelle-Orléans. Une seule façon de résister à cette puissante déferlante : suivre le mouvement !
La soirée se poursuit avec « Soul Train Party » qui reprend le concept de l’émission de variétés mythique états-unienne Soul Train des années 70 qui accueillait tous les artistes afro-américains de l’époque. En fin d’émission, le public formait deux lignes entre lesquelles des couples, qui rivalisaient par leurs tenues extravagantes et inventions chorégraphiques, défilaient en dansant. Habitués à accompagner des artistes de la stature de Tom Jones, Driss Farrio et ses Soulbrothaz guideront les pas de danse du public dans un fort converti en discothèque géante : décor millésimé, dalles lumineuses au sol… On va danser sur des pépites soul, funk, disco et RnB !
 
L’AMERIQUE INDIENNE
9 novembre – 360Paris Factory Music- Paris
DJUENA TIJUNA & ELISAPIE
Avec sa voix flûtée et ses lentes complaintes, Djuena – dont le prénom signifie « le jaguar qui saute dans la rivière » – s’est faite le porte-parole des Tikunas, un peuple qui vit depuis des millénaires dans la forêt amazonienne, dans une région dite des « trois frontières », parce que, d’après les cartes, le Brésil, la Colombie et le Pérou s’y touchent. Les Tikunas sont encore près de 60 000 à y vivre des fruits de leurs plantations et des résultats de leurs parties de pêche ou de chasse. Djuena Tikuna appelle dans ses chansons à renouer avec la sagesse des premiers Américains…
Venue de Salluit dans le Grand Nord Canadien, Elisapie chante ses racines et sa vie dans un folk pastoral s’inspirant de musiques traditionnelles de ses origines Inuït, de folk autochtone des années 1970 et de blues aride. Une ferveur que l’on ressent dans ses chansons autant que dans ses combats d’ambassadrice de la culture inuit.
 
9 et 10 novembre – Centre Fleury Goutte d’Or-Barbara- Paris
A TRIBE CALLED RED: Impressionnants sur scène comme derrière les platines ! Ce duo de DJs d’Ottawa particulièrement innovant, aux racines indigènes revendiquées et activistes de la cause amérindienne canadienne, inventeurs de la « powow-step », délivre un mix puissant d’électronique, de dubstep, et de musique traditionnelle améridienne. Sous les doigts du DJ mohawk 2oolman et de son acolyte cayuga Bear Witness, le dubstep enfile une coiffe de plumes, les chants sacrés rebondissent sur des rythmiques hip hop et les tambours millénaires. Ce duo unique traverse l’Atlantique pour une inoubliable célébration des droits et des talents des peuples autochtones. A ne pas manquer !
 
HIP HOP EAST, WEST & SOUTH
18 octobre – Aubervilliers – Fort d’Aubervilliers
Soirée Hip Hop – ANA TIJOUX, BILLIE BRELOK, EDA, SHADIA MANSOUR : Voici un plateau entièrement féminin: Ana Tijoux, l’une des MC’s les plus respectées du Chili, voire d’Amérique Latine, Billie Brelok, éloquente rappeuse franco-péruvienne de Nanterre, qui s’exprime parfois en espagnol, la langue que lui parlaient ses parents, tous deux d’origine péruvienne. Ëda, contrebassiste et chanteuse née en Colombie, et Shadia Mansour, artiste palestinienne basée à Londres, dont le clip du featuring avec Ana Tijoux a dépassé les 11 000 000 de vues sur internet…
 
17 octobre – Blanc Mesnil 2 Pièces cuisine et 19 octobre – Gennevilliers Le Tamanoir
RAASHAN AHMAD : Né dans le New Jersey, passé par Boston avant de devenir l’un des piliers de la scène hip hop californienne puis de s’installer au Nouveau Mexique, Raashan Ahmad a déniché à Paris un quintet expérimenté pour l’accompagner, pour son nouvel The Sun. En rappant en bonne compagnie, appuyé par une infaillible section rythmique, l’ancien membre des Crown City Rockers s’inscrit dans une prestigieuse dynastie de prophètes du jazz, de poètes et de poétesses de la soul. Synthèse de rythmes et de cultures, chacun de ses concerts est une folle ode à la poésie.
 
31 octobre – Saint Denis Ligne 13
REVERIE : Au départ, Jordan Caceres « Reverie », avait peu d’atouts dans son jeu. Elevée à Highland Park, au nord-est de Los Angeles, par une mère célibataire, elle a fugué dès l’école primaire, fréquenté des revendeurs de drogue, connu la prison. Mais pas un instant elle n’a cessé de brandir sa carte maîtresse, la poésie, qu’elle écrit ou déclame depuis ses premières années de scolarité. Avec ses textes fulgurants, sa diction sans faille et sa voix polie par la vie, la jeune femme s’est vite fait un nom, « Reverie », et une réputation d’excellence.
 
FÊTES LATINES
19 octobre – Aubervilliers – Fort d’Aubervilliers
CHICO TRUJILLO – Sortie d’album : Un des meilleurs live d’Amérique Latine pour le groupe de cumbia le plus populaire du Chili. Avec sa retentissante section de cuivres, son indomptable section rythmique et son chanteur fantasque, Chico Trujillo est le groupe favori des Chiliens à l’heure de la fête.
 
19 octobre – Aubervilliers – Fort d’Aubervilliers
LOS WEMBLER’S DE IQUITOS: Pionniers de la Cumbia Amazonienne et de la Chicha péruvienne, les cinq frères Sanchez qui composent le groupe Los Wembler’s – dernier groupe amazonien à avoir conservé tous ses membres originaux- sont de véritables légendes sud-américaines issus d’Iquitos, la Capitale de l’Amazonie au Pérou.
 
1 novembre – Paris 75013 – Petit Bain
TAMAYO & PARIS LATIN ORCHESTRA – Sortie d’album: Né à Paris de parents colombiens, Jean-paul Tamayo a fini de grandir à cali, sans perdre de vue New York où il s’est produit dans de nombreux clubs. Il a en France sa propre formation, un big band biberonné au son des classiques, ivre de percussions pétillantes et de cuivres éclatants, avec une ouverture vers l’électro.
 
8 novembre – Aubervilliers – espace Renaudie
FANDANGO de Joel Cruz castellanos: le son jarocho, style musical métissé né dans le sud de l’état de véracruz ( Sotavento ) est marqué par la cohabitaion de musiques espagnoles, africaines et indigenas. Traditionnellement, le son jarocho est indissociable de la fête rurale du fandango ou huapango qui, sur la place publique des villages, réunit musiciens, danseurs, chanteurs et membres de la communauté, autour de la tarima, estrade en bois sur laquelle les couples pratiquent le zapateado.
 
CA VA GROOVER
15 octobre – Paris – La Cigale
ABRAHAM INC – Sortie d’album chez Label Bleu : Une formation déchaînée ! Menée par 3 grands maîtres venus d’horizons différents – David Krakauer, clarinettiste virtuose et grand innovateur de la musique klezmer, Socalled, artiste sampler génial et Fred Wesley, légende du funk, ancien tromboniste et directeur musical de l’orchestre de James Brown -, cette formation unique de 11 musiciens joue une musique inattendue et inspirante qui porte un message d’unité, de coopération entre les cultures, de respect et de tolérance. En levé de rideau, les jeunes musiciens assidus et passionnés du brass band Trailblazers
 
18 octobre – Epinay-Sur-Seine- Pôle Musical d’Orgemont
THE SOULJAZZ ORCHESTRA – Sortie d’album : Depuis près de deux décennies, The Souljazz Orchestra, originaire d’Ottawa, affine une formule unique faite de soul cuivrée, d’afro-beat millésimé et de rythmes caribéens incandescents, une énergie engagée. Cet automne, l’état actuel des Amériques inspire au sextet un album explosif, une musique qui incite à la rébellion : Chaos Theories, qui évoque Trump et de récentes bavures policières.
 
28 octobre – Studio de l’Ermitage – Paris
THE BONGO HOP : Une formation au groove chaloupé et inclassable pour une musique transatlantique punchy
30 octobre – Péniche Metaxu – Pantin
DOWDELIN: « Soul » pour la voix, nonchalante mais puissante , d’Olivya et le saxophone allègre de Raphaël.  » Electronique » pour les programmations de David.  » Créole », enfin oarce que ce trio a choisi de tirer sa force de ses racines. Voici un afro-futurisme hybride.
 
7 novembre – Cabaret sauvage – Paris
LEE SCRATCH PERRY: Producteur surdoué, Lee srtach Perry a façonné le son jamaïcain des années 60 et du début des années 70, ouvrant uen voie royale aux musiques électroniques. .. Un monstre sacré passe près de chez vous !
 
PRIX DES MUSIQUES D’ICI – Diaspora Music Awards
Le mouvement d’une génération transculturelle. Quel est le point commun entre une chanteuse algéro-brésilienne, un barde kurde, un guitariste issu du quartier gitan de Perpignan, une chanteuse et pianiste grecque passionnée de fado, un Mahorais installé à la Réunion et une Béninoise de Bordeaux ?
Un prix ! Tous sont les finalistes de la 3 ème édition du Prix des Musiques d’Ici, indispensable dispositif destiné à tourner les projecteurs vers les artistes qui incarnent le mieux la pluralité de nos cités. Tous vivent ici mais entonnent des airs qui viennent de plus loin. Lorsque, pour deux soirées exceptionnelles, les 17 et 18 octobre, les cinq finalistes Antoine Tato Garcia, Anissa Bensalah, Kalliroi & le Fado Rebetiko project, M’Toro Chamou, Rusan Filiztek, Perrine Fifadji,partagent une même scène, c’est le monde, dans toute sa merveilleuse diversité, qui s’ouvre à nous…
 
CITE DES MARMOTS
7 & 8 Novembre – l’Embarcadère à Aubervilliers – 10 novembre La Parole Errante – Montreuil
La Cité des Marmots, ses 400 écoliers chanteurs et l’artiste brésilien Fernando delPapa – En partenariat avec l’Education Nationale
Samba et choro à l’honneur pour les enfants de Seine-St-Denis, leurs familles et leurs enseignant-e-s.
 
SCENE JEUNE PUBLIC ET FAMILLE
Une scène Jeune Public qui s’étoffe encore davantage cette année : Black Boy, Parajos, Pascal Parisot et le spectacle Mort de Rire, Le Grand Ciné Concert de la Philharmonique de la Roquette, Permis de reconstruire, Firmin et Hector …
 
Flavia Coelho – Sarah McCoy – Clinton Ferry – Mario Canonge – Camel Zekri- Yann Clery – Jean Carpenter …
et sur www.villesdesmusiquesdumonde.com
1

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *